Humeur

Résultat de recherche d'images pour "covid 19"

Comment passer à coté? on en parle partout, ça fait peur, ça rend parano.. c’est un peu obligé. Je ne voulais pas trop faire d’article là dessus car je trouve qu’on en parle déjà beaucoup et qu’il est parfois bon de parler d’autre chose pour décompresser un peu. Mais j’ai remarqué ou plutôt constaté certaines choses que je suis certaines vous avez aussi vu et certains comme moi on du mal avec ça.. Avant d’en parler je voulais juste faire un petit point sur la façon dont moi je vis le confinement. Ça aurait pu être plus facile vu mon agoraphobie, car forcément je sors que très rarement de chez moi mais en fait pas du tout, c’est hyper anxiogène.. tout ce qu’on voit, tout ce qu’on lit, tout ce qu’on entend.. on a beau essayer de regarder moins les informations par exemple, et bien à chaque pause pub on a un rappel « coronavirus ».. C’est un climat vraiment très anxiogène. J’ai l’habitude d’avoir à la maison la semaine mon neveu et ma nièce, ils me manquent, heureusement on les vois en photos et vidéo mais ce n’est pas pareil..

Voilà revenons à ce dont je voulais parler, ce qui m’a fait « tiquer ». Certaines personnes vivent le confinements comme elles peuvent, moi par exemple je fais un peu de peinture, je regarde la télé, je m’occupe du jardin, je fais la sieste lol.. D’autres personnes elles ce disent que pour s’occuper elles n’ont qu’à aller sur les réseaux sociaux et sauter sur tout le monde! On dirait que le confinement atteint vite le cerveau en fait, la méchanceté ressort dans ces moments là! Si quelqu’un dit ou fait quelque chose hop vite on lui tombe dessus, on ce sent déjà fort de base derrière un écran, mais encore plus actuellement et je ne comprendrais jamais cela. Dans ces moments difficiles ne devrions nous pas être encore plus solidaires? Pourquoi s’en prendre gratuitement aux autres? mal parler? .. pour ce sentir puissant? cette sensation de supériorité protége-t-elle du virus? Je ne pense pas! Mais sur les fils d’actualité il n’y a que ca.. des messages rageux.. C’est triste de voir ce genre d’attitude.

Je suis d’une nature gentille, naïve certainement, parfois maladroite c’est vrai mais avec ce confinement j’ai pu encore plus ouvrir les yeux sur certaines personnes, j’en ai rayée certaines de ma vie, pour d’autres c’était déjà le cas et cela à confirmé mes décisions. Je me dis que dans les moments que l’on vit les personnes nocives pour nous n’ont rien à faire dans nos vies, on doit ce concentrer sur le principal, nos proches, nos voisins, .. tous ceux qui le méritent.. pour les autres y’a le karma!

La croyance dans le karma doit rendre la vie pure, forte, sereine et heureuse

En tout cas, on commence tout juste notre 2eme semaine de confinement et c’est surement loin d’être terminé, donc ceux qui sont dans leur délire « j’…….. le monde » essayez de vous servir du confinement pour réfléchir un peu à vos actes, à vos paroles, peut-être à vous remettre un peu en question plutôt que de pourrir la vie des autres pour des futilités car clairement vu le nombre de malades et de morts dans le monde vos petites histoires ridicules sont vraiment insignifiantes et immatures.

Je vous souhaite bon courage en ces moments difficiles pour tous. Prenez bien soin de vous et de vos proches. Respectez les mesures de confinements.

L’opération de la dernière chance.. Oui.. Mais?

Coucou, il me semblait important de parler de ce sujet qui malheureusement fait partit de moi. Pourquoi malheureusement? vous allez bientôt le comprendre. J’ai commencé à avoir des problèmes de poids à l’adolescence, comme beaucoup la nourriture était pour moi un moyen de me sentir mieux, de me soulager, peut-être aussi de me forger une sorte de carapace qui empêcherait les problèmes de m’atteindre. J’ai fait des régimes à partir de mes 18/19 ans, tentant des choses à la mode du style Dukan.. j’ai même tenter d’arrêter la viande mais cela n’a pas duré longtemps.. Le plus long régime que j’ai tenu c’était Dukan, je l’ai suivi pendant 1 an, j’ai perdu 45kg, j’étais à nouveau bien dans ma peau.. puis un accident est arrivé, j’ai faillit perdre mon papa et là.. la nourriture est redevenue mon alliée.. j’ai repris plus que ce que j’avais perdu évidemment.. J’ai par la suite décidé de voir une diététicienne, là aussi, suivi durant un an, j’ai respecté ce qu’on me disais, les portions alimentaires qu’on me disait de prendre.. je pesais les aliments.. Je bougeais davantage, à l’époque je me suis même inscrite dans une salle de sport. Malheureusement je n’ai pas perdu un seul gramme.. Mon corps ayant été trop privé avec les régimes restrictif il gardait tout et ne lâchait rien.. C’est donc à 23 ans que j’ai décidé de me faire opérer. Contrairement à ce que beaucoup peuvent dire, on ne ce fait pas opérer parce que c’est « plus facile » qu’on perdra « sans effort ».. non car ce n’est pas anodin l’opération..

Voilà comment j’étais..

Mes parents n’étaient pas d’accord pour cette opération.. avec le recul j’aurais du les écouter. Je ne voulais pas être opérée dans ma campagne où ce genre d’opération n’est pas courante. J’ai donc consulter le site de la HAS et j’ai trouvé la clinique classée N°1 dans ma région.. je pensais que je pouvais avoir confiance.. J’ai fais toutes les démarches et on m’a opéré 3 mois aprés.. Je devais avoir un bypass.. un bypass classique ou Y.. c’est du moins ce qui était prévu.. mais voilà cela ne s’est pas vraiment passé comme ca pour moi et pour bien d’autres..

Niveau opération pas trop de douleurs, le plus compliqué a été de passer d’une grande mangeuse à un protocole stricte post-op. A l’époque on avait une semaine liquide, une semaine mixée puis deux semaine mou avant de pouvoir remanger normalement. C’est difficile de voir les autres manger de tout et de ne pas faire de même. Niveau quantité ça fait drôle également de ne plus avoir de place aprés 2 fourchettes, perso je ne m’y suis toujours pas habituée à vrai dire, quand je cuisine ou me sert je me trompe dans les quantités.

3 mois aprés l’opération les galères ont commencées.. des remontées acides douloureuses.. des remontées acides qui ont cassées toutes mes dents.. qui m’ont abimées l’interieur.. des intolèrences aux laitages, aux légumes mais aussi aux fruits.. Aprés deux ans de souffrances j’ai eu des doutes avec d’autres opérés comme moi.. on a demandé nos dossiers médicaux.. et la SURPRISE.. partout apparait le mot BYPASS.. mes dessins fais par la chir montrent également un Bypass Y.. Mais, sur le compte rendu opératoire et uniquement sur ce document dans tout le dossier on voit apparaitre le mot OMEGA.. voilà.. on m’a fait le mini bypass et non le bypass comme c’était prévu! On est des centaines dans ce cas là et à ce jour ils semblent continuer à mentir aux gens, mentir par omission certainement, c’est plus facile comme défense! Savez vous la différence entre les deux mis à part le montage? C’est qu’avec le mini bypass on peut avoir des remontées acides (c’est trés trés fréquent) alors qu’avec le classique ce n’est pas possible! On ne vous dis pas non plus qu’on vous fait payer une opération qui coute un certain prix et on vous en fait une autre deux fois moins chère.. Et qu’en plus la plupart du temps on est obligé de vous réopérer pour faire l’autre bypass pour stopper les effets indésirables du premier..

Je suis passé de 124kg à 65 puis avec l’effet rebond je suis monté à 77kg que j’ai stabilisé pendant 2 ans.. Mais j’ai souffert, pendant 5 ans avant de me décider à trouver un nouveau chirurgien plus honnête pour me faire le bypass Y celui prévu à la base.

Quelques photos avant ma seconde opération:

J’ai donc été réopérée en Aout 2018.. Ca a vraiment été trés difficile à vivre.. la première opération était un choix réfléchi, une envie.. mais on m’a « trahi ».. la seconde était une obligation, j’ai plus souffert physiquement et surtout moralement que pour la première.. Heureusement cela a eu un effet immédiat sur les remontées acides qui ont complétement disparues. Par contre niveau intolérances alimentaires rien a changé. Mon chirurgien en plus de modifier le montage pour faire le Y a également du couper un morceau d’estomac qui avait été trop abimé par la première opération! J’ai été opéré il y a plus d’un an et je mange comme une personne opérée depuis deux mois seulement au niveau des quantités.. et je ne peux manger que féculents et protéines sinon je suis malade.. parfois je tente par envie mais cela finit toujours pareil! La nourriture n’est plus du tout un plaisir pour moi.. Le chirurgien m’avait dit que j’allais perdre quelques kilos suite à l’opération à cause du choc sur le corps mais que je reprendrais vite ce poids.. hors à ce jour je suis passé de 77kg à 58kg.. lorsque je suis malade il m’arrive de perdre 3kg.. j’ai été hospitalisé en état de dénutrition et déshydratation et on m’a posée une voix centrale pour me nourrir.. une période trés difficile psychologiquement. Aujourd’hui mon chir me dit que mon corps ne supporte pas l’opération, on a fait une celio de contrôle et tout est correcte mais mon corps fait un rejet.. Il faudrait revenir en arrière ce qui est normalement possible mais rare sauf que lui me le déconseille.. la première opération ayant fait trop de dégats ce serait bien trop dangereux.. obligé d’ouvrir le ventre de haut en bas, et risque d’y perdre mes intestins et me retrouver avec une poche gastrique.. il me dit qu’il ne sait pas si un jour ca ira bien.. on espère.. mais je regrette tellement.. avant j’étais obèse, j’étais toujours essouflée, j’avais mal aux genoux.. mais je mangeais sans être malade, je souriais.. j’avais ma santé.. Ce genre de choses n’arrivent pas à tout le monde MAIS cela n’arrive pas non plus qu’aux autres.. il faut connaitre les risques avant de ce lancer.. Si j’avais su je pense que j’aurais plutôt fait la sleeve.. J’ai fait confiance, je n’aurais pas du..

Certains me disent « de quoi tu te plaint tu est fine c’est pas ce que tu voulais? » oui bien sur c’etait mon souhait.. mais pas en étant malade.. pas en gâchant ma vie..

Voilà des photos récentes:

Je ne suis pas contre ces opérations, mais je pense que c’est important de bien ce renseigner car ce n’est pas parce qu’un médecin est bien noté sur internet que c’est un médecin qui a une bonne éthique! Le mieux c’est de discuter avec des personnes opérées qui pourront vous raconter leur expérience et vous orienter. Moi aujourd’hui je conseillerais le chirurgien qu’à m’a opéré la seconde fois car il a été exceptionnel, il est trés humain, à l’écoute, il explique tout.. alors que ma première chirurgienne.. elle m’a mentit m’a traité comme une idiotte à me dire que je n’avais pas à me plaindre d’être malade puisque j’étais mince.. elle refusais de me recevoir lorsque je lui expliquais que je n’allais pas bien.. Cette personne là je la déconseillerais toujours! Elle a gâchait ma vie, à cause d’elle j’ai à ce jour beaucoup de mal à accorder ma confiance aux médecins! Je déconseille fortement la Clinique de la S. à Lyon où c’est clairement l’usine.. mais je conseille fortement le Docteur Lamy à l’hôpital de l’Est lyonnais. Le Docteur Lamy n’hésite pas à me recevoir quand j’ai besoin.. Si j’ai une question, j’appel sa secrétaire et il me rappel personnellement, il est trés à l’écoute, trés empathique.

Cette maladie invisible

Résultat de recherche d'images pour "agoraphobie"

Il était important pour moi d’écrire cet article pour vous parler de cette maladie qui me pourrit la vie. Cette maladie invisible qu’on juge beaucoup trop souvent alors qu’on ne l’a connait pas! J’en ai parlé dans une vidéo faite avec sincérité, une vidéo (je vous la met en fin d’article) où des personnes vivants la même chose que moi ce sont reconnues.. mais qui a aussi suscité des avis comme on en voit malheureusement dans notre vie, de personnes qui jugent et ne cherchent pas à nous comprendre. Je voulais donc détailler un peu avec vous ce que je vis.. ce que beaucoup de personnes vivent sans qu’on en parle, car j’ai découvert malheureusement que beaucoup de monde vivait la même chose que moi à des degrés plus ou moins différents. Je vais commencer par vous donner quelques infos venant de Wikipédia:

« L’agoraphobie est la peur des lieux publics et des espaces ouverts, au sens commun du terme. C’est plus précisément la peur de ne pas pouvoir fuir ou être secouru rapidement. De nombreuses situations et lieux peuvent être évités ou fuis et varient selon les personnes. Les réunions professionnelles ou familiales, les queues au supermarché, les attentes chez le médecin, le dentiste, être enfermé même dehors ou plus précisément être bloqué, très souvent s’éloigner de son domicile est une des grandes peurs d’agoraphobes, comme d’emprunter les autoroutes ou grandes routes fermées par des barrières.

Les situations devenant trop nombreuses, un comportement d’évitement s’installe, des crises d’angoisse surviennent en confrontation à l’objet de la phobie, et un trouble panique peut se développer.« 

Il y a de nombreux symptômes (en gras les symptômes que moi j’ai):

  • palpitations, tachycardie (accélération du rythme cardiaque) ;
  • tremblements ou secousses musculaires (d’où vient le nom de spasmophilie) ;
  • douleur, gênes thoraciques ;
  • sensation d’étranglement, souffle court ;
  • parfois, déréalisation ou dépersonnalisation.
  • vertiges ;
  • frissons / bouffées de chaleur ;
  • nausées ou gêne abdominale ;
  • transpiration ;
  • picotements dans les mains ou les pieds ;
  • tremblements.

Les patients subissent une forte peur soudaine, les sensations de vertige, d’étouffement, de perte de contrôle, accompagnées des manifestations physiques d’une angoisse intense, ce qui les amène à redouter les situations dans lesquelles ils craignent d’avoir peur (peur d’avoir peur = phobophobie). Ils peuvent alors élaborer un processus dit d’« évitement », consistant à éviter toute situation représentant l’objet de leur phobie.

Dans ce dernier cas, l’agoraphobe risque ainsi d’entrer progressivement dans un processus de dé-sociabilisation et présenter à terme un syndrome dépressif majeur.

Voilà pour les infos. Pour en revenir à moi, j’ai toujours été une fille sensible, très empathique, c’est aussi bien une qualité d’un défaut.. au collège et lycée déjà c’était difficile pour moi. J’allais en cours avec le mal au ventre, je cumulais les absences.. en vieillissant cela c’est empiré, j’ai eu plusieurs boulots dans des domaines différents, agent administratif, secrétaire médicale, assistante RH, agent hors distri à la poste.. mais chaque fois ça a été compliqué pour moi. Puis, des soucis de santé « physiques » ce sont ajoutés et là l’agoraphobie a « explosée »..

J’ai de la chance car je suis bien entourée et la majorité de mes proches comprennent que je ne joue pas, que lorsque je suis mal c’est réel, et on a beau vouloir faire des efforts, ce mettre des coups de pieds au c**, ce n’est pas si simple que ça! Je suis suivie depuis des années par différents professionnels. Aujourd’hui je cherche un pro pour essayer la TCC thérapie cognitive et comportementale. Car je n’ai pas encore testé et pour m’en sortir je ne veux rien laisser de coté.

A 30 ans je n’ai pas vraiment profité de la vie, je ne sors quasiment jamais, si j’arrive a aller quelque part ça ne dure pas longtemps et je suis obligé de me faire accompagner car j’en suis à un niveau ou même prendre seule ma voiture devient compliqué. Alors que j’ai toujours adoré conduire. Les repas en famille sont compliquès également, la plupart du temps je n’y vais pas, je préfère rester seule chez moi. On a du mal à comprendre ce que peut vivre un agoraphobe si on ne l’a pas vécu soi même, ou si on a pas vu l’un de ces proches le vivre.

Je ne fais pas cet article pour m’apitoyer sur mon sort ou pour faire pleurer dans les chaumières, je le fais pour qu’on sache qui je suis et pour qu’on comprenne ce qu’est cette maladie, qu’on sache qu’elle existe. Si je donne autant de moi sur le net, si je fais ces partages, ces photos où j’ai le sourire, c’est parce que sur le net on peut être la personne que l’on souhaite, on peut faire comme si va bien même si ce n’est pas le cas. Sur le net je suis comme tout le monde, on imagine pas « l’enfer » dans lequel je vis avec cette maladie.